Le mot des organisateurs et de Daniel CONSTANTINI à propos du Sandball.

“Ça c’est le Sand, le Sand qui nous Handballe…”

Handballez-vous, organisateurs du Sandball TourC’est tout simplement le besoin de “faire” qui nous a poussé sur le sable; pas seulement pour y “faire” des châteaux de la même matière, mais notre quotidien de sportif le nez dans le guidon ne nous laissait pas beaucoup d’occasions d’être concernés par autre chose que la construction de châteaux… en Espagne et ce même, si l’étincelle Sandball (notre little big bang à nous…) a jailli au sortir des JO de Barcelonne !
En 1995, le titre Mondial, acquis quelques semaines auparavant par l’équipe de France de Hand, fut le meilleur des présages pour la mise bas du premier Sandball Tour.
Les deux étapes “test” ont répondu au delà de toutes attentes aux questions liées à la présence d’un Handball sur les plages. La naissance de cette nouvelle vague, poussée par un millier de participants et la quasi totalité des champions du Monde, ne passait pas inaperçue des médias et nous encourageait à renouveler l’expérience à une plus grande échelle. 7 étapes composaient donc le Tour 96, et confirmaient avec force l’intéret de réussir sur les plages la famille des passionnés de Hand, de sport et de vie.
Le Sandball Tour devint dès lors une source de plaisir et de joies. L’ambiance provoquée par l’envie de se rencontrer et de partager faisait disparaître les barrières habituellement présentes entre…nous (joueurs et êtres humains). L’Olympe n’était peut-être pas au rendez-vous de l’équipe de France à Atlanta, mais nous n’en étions pas très loin lors de la conclusion du Tour sur la dune de Montalivet. Notre désir de développer cette activité s’est retrouvé durant le dernier Sandball Tour. L’été 97 et à nouveau 7 étapes ont à nouveau permis à 2500 Sandballeurs et Sandballeuses de “communier” dans une grande fête de plus de 1100 matches…
Notre envie de “faire” peut sentir, dans le plus profond de nos délires, l’utopie de bon marché, mais ne peut pas nous faire oublier ces émotions vécues avec tous ceux qui ont participé à cette petite aventure. Faire naître la vague n’était probablement pas le plus facile, mais sentir l’engouement et la joie chez tous ceux qui adhèrent à cette pratique vaut, pour nous, autant que les médailles pour lesquelles nous nous sommes tant… Pour le plaisir du jeu, de rencontrer et de partager, rejoignez-nous sans hésiter sur le Sandball Tour… comme tous ceux qui y ont goûté, vous ne pourrez que vous en féliciter.

La Sandball Team de l’association Handballez-vous

“Sous le plancher… la plage”

Daniel Constantini et le Sandball“Il fut un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…” C’est sur cette citation d’une ancienne chanson (La Bohème) de Charles Aznavour que je voudrais vous ouvrir mon coeur…à propos du Sandball.
Hier donc, lorsque fermaient les gymnases, le Handballeur morose, au teint pâle de ceux qui n’évoluent qu'”indoor”, n’avait que deux alternatives: trahir ou renoncer. Je fus longtemps de ceux qui trahirent complaisamment, trouvant sur les plages de Marseille, Cannes ou Sètes, matière à m’exprimer dans un volley qui n’était pas encore du “Beach”. Beaucoup de mes compagnons préféraient, eux renoncer momentanément à toutes activités, sacrifiant alors à des dérivatifs du type Pastis-Boules dans l’ordre ou le désordre. Bien plus tard, quelques uns de nos “Bronzés” pas encore tout à fait “Barjots” m’imitèrent (sans le savoir). Des Gardent, Perreux,et autres Cochery se donnant ainsi ponctuellement, du côté de Noirmoutiers, l’impression qu’ils auraient pu être des “smasheurs” émérites.
Beaucoup plus récemment, quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que quelques unes de nos plus diaphanes de nos idoles, Munier, Quintin, se piquaient de vouloir initier, développer, faire admettre une déclinaison du Handball toute tournée vers l’hédonisme le plus intégral.
Aujourd’hui, grâce à eux, quand se ferment les gymnases ils vous permettent de conjuguer le sport que nous aimons avec le soleil que nous adorons et l’autosatisfaction que, Barjots ou pas, nous recherchons tous éveillés ou endormis. Le Sandball représente le Handball dans son équation basique: On y court, On y saute, On y shoote… Il est aussi une inattendue récompense pour tous ceux d’entres nous qui l’hiver se livrent à la pratique délicate de la musculation. Il est surtout l’occasion pour chacun de s’éclater tant la notion de jeu transpire de la moindre tentative. Grâce à lui le pugnace défenseur du temps des frimas va se muer en un buteur que rien n’arrête, le gardien stéréotypé va se transcender en un génial improvisateur de parades inédites.
Chaque acteur va éprouver du plaisir dans un environnement qui lui renverra, certainement une excellente image de lui-même. Bien-sûr, pendant ce temps quelques irresponsables sélectionnés, participant à d’hypothétiques mondiaux ou autres joutes olympiques, seront tenus, un temps, écartés de ces agapes estivales. Bien évidemment aux premier déclins du soleil il faudra regagner les gymnases recouverts, en essayant pourquoi pas, de transférer sur les planchers traditionnels quelques émotions fortes ressenties tout au long de l’été.

Daniel CONSTANTINI
Entraîneur de l’équipe de France de Handball de 1985 à 2001,
2 fois Champion du Monde de Handball
et élu meilleur entraîneur de handball de tous les temps par l’IHF (Fédération Internationale de Handball)

Retrouvez-nous sur Facebook

 

Retrouvez-nous sur Google +

 

Suivez-nous sur Twitter